« National Labor Exchange » : que penser du nouveau service annoncé par JobCentral ?

Suite des commentaires sur les annonces de JobCentral : après l’information initiale et les rebondissements qui ont suivi, voici, maintenant que l’on y voit un peu plus clair, quelques nouveaux éléments d’analyse.

Les partenariats avec Indeed, SimplyHired et Google Base ayant été largement évoqués précédemment, revenons pour commencer sur la fameuse « bourse nationale pour l’emploi », que le NYT avait lié auxdits partenariats alors qu’il s’agit en fait d’un ensemble de nouveaux services spécifiquement développés par JobCentral. Les relations avec Indeed, SimplyHired et Google Base feront l’objet d’un prochain billet.

Le communiqué de presse officiel de JobCentral confirme les informations précédemment distillées par Bill Warren mais n’apporte guère de précisions. Ce que l’on sait c’est que « National Labor Exchange » est un terme un peu pompeux pour désigner deux nouveaux types de services offerts par JobCentral.

Il s’agit en premier lieu d’une très classique CVthèque. La seule originalité est que sa consultation est gratuite pour les membres de l’association DirectEmployers (comme c’est la cas pour la publication d’offres d’emploi).

Sur le second type de services, on dispose de très peu d’information. Pourtant, c’est de ce côté que se situe la vraie nouveauté. Il s’agit pour JobCentral de proposer des prestations de conseil en outplacement et gestion des carrières pour les salariés dont l’emploi a été supprimé suite à restructuration (il s’agit plus précisément des displaced workers qui, selon la définition statistique officielle américaine, sont des personnes de 20 ans et plus qui détenaient un emploi depuis au moins trois ans et qui l’ont perdu pour cause de fermeture d’établissement, d’activité insuffisante ou de réorganisation interne).

Pour tenter de mettre cela en perspective, faisons un petit détour par la typologie des formes d’intermédiation que nous avions proposée dans notre rapport. Celle-ci distinguait trois modèles « purs » s’ordonnant selon deux conceptions a priori opposées de la fonction d’intermédiaire.

A. Neutralité dans la mise en relation

  • Modèle 1 – Information
    l’intermédiaire n’est que le support des informations diffusées par les offreurs et les demandeurs

B. Intervention dans la mise en relation

  • Modèle 2 – Sélection
    l’intermédiaire oriente offres et demandes les unes vers les autres
  • Modèle 3 – Structuration
    l’intermédiaire agit sur la nature de l’offre et de la demande

Généralement les grands job boards généralistes se limitent à une forme d’intermédiation de type Information. On pourrait d’ailleurs les qualifier d’infomédiaires plutôt que d’intermédiaires.

Certains ont essayé d’aller au-delà et se sont aventurés sur le terrain de l’intermédiation de type Sélection, mais ils ont fait machine arrière. Le cas le plus significatif est celui de Monster qui a créé un cabinet de recrutement, Hudson. Mais compte tenu des concurrences réelles ou potentielles avec les autres cabinets clients, cette entité a finalement été séparée juridiquement du job board et constitue maintenant une entreprise indépendante. Monster se contente donc désormais d’offrir des prestations de pré-sélection (qui peuvent aller jusqu’à l’entretien téléphonique, mais pas jusqu’à l’évaluation du candidat en face à face).

Concernant JobCentral, le second volet des services proposés dans le cadre de la « bourse nationale de l’emploi » semble l’entraîner sur le terrain du modèle Structuration, en sus de sa fonction classique d’infomédiaire. En effet, des prestations de conseil en outplacement et gestion des carrières en direction des displaced workers supposent a priori des démarches de type bilan de compétences pour éventuellement réorienter les bénéficiaires vers d’autres professions / secteurs (en passant le cas échéant par la case formation).

Pour le moment, on ne sait pas jusqu’où iront ces nouveaux services, et en particulier s’il s’agit juste de conseil « à distance » ou si de réelles structures d’accueil vont être mises en place (ce qui supposerait des moyens très conséquents). Il est en tout cas extrêmement rare qu’un grand job board privé combine deux types d’intermédiation aussi différents. A vrai dire, cette configuration est essentiellement l’apanage des acteurs institutionnels, comme l’ANPE et l’Apec en France (ces deux acteurs combinent d’ailleurs en fait les trois fonctions – Information / Sélection / Structuration – ce qui peut susciter des tensions dans leur modèle d’intervention, cf. notre rapport).

Dans un pays où le service public de l’emploi est peu développé, il est intéressant de relever une telle initiative de la part d’une association d’employeurs. Il faut d’ailleurs noter le vocabulaire employé et en premier lieu l’expression « National Labor Exchange », qui met l’accent sur l’idée qu’il s’agit de servir l’intérêt général. Voir également ce passage du communiqué de presse :

« DirectEmployers’ objective is to create a public site where no employer or individual is denied access to the job market due to financial or technological barriers. »

Bref, l’association n’est pas très loin de se prévaloir d’une mission de service public

Mise à jour – Plus significative encore est cette page de présentation signée Bill Waren, dont voici deux extraits :

« The JobCentral National Employment Network is provided by leading U.S. employers as a public service for all employers and all job seekers regardless of ethnicity, gender, sexual orientation, disability, religion, age or national origin.

The nationwide, yet community-focused, network is available to employers at a nominal cost and is always available free-of-charge to job seekers. »

(…)

« Due to the high cost of posting jobs on commercial job boards, over seventy-percent (70%) of the jobs listed on JobCentral can not be found on these traditional Internet job-listing sites. Our mission is to provide a public service central employment site on the Internet to assure that no one is denied access to employment opportunities because of high employer costs.

By making their jobs available on a nonprofit, public service employment network, employers increase their recruiting reach and extend diversity initiatives with a consistent and aggressive program to make employment opportunities available to individuals from all cultures and population segments. »

Un commentaire »

  1. […] Ce service gratuit pour les candidats comme pour les recruteurs est grossièrement comparable aux sites de l’ANPE ou de l’Apec en France. Il fait partie intégrante du service public de l’emploi américain dont il constitue même un des éléments centraux du fait de l’accent mis aux Etats-Unis sur la dimension Information de l’intervention publique sur le marché du travail (voir la typologie des formes d’intermédiation déjà évoquée). […]

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :