Les grands job boards sont-ils tous en train d’intégrer des agrégateurs ?

Après les rumeurs relayées quelques blogs bien informés (celui de Jacques Froissant et de Jobetic notamment), on a eu il y a quelques jours confirmation du « rapprochement stratégique » entre Cadremploi et Keljob. Bien qu’il soit difficile de tirer des conclusions claires du communiqué de presse sibyllin qui a été diffusé, on peut commencer à réfléchir sur la signification de ce mouvement qui risque de remodeler en profondeur le marché français des médias de recrutement Internet.

D’abord, il faut rappeler qu’il s’agit du nième épisode de la bataille entre le mastodonte américain pure player Monster et les job boards français (en particulier ceux liés aux acteurs traditionnels : cabinets de recrutement, agences de communication RH –déf., presse). Parmi les épisodes de cette année : la sortie de Monster de l’APPEI et la polémique autour du site diversité-emploi. Avec le rapprochement entre Cadremploi et Keljob, on a clairement l’impression qu’il s’agit de monter un front anti-Monster, la référence à une « stratégie multimarques » ayant « vocation à être ouvert à d’autres groupes média » apparaissant dans ce contexte comme un appel du pied à d’autres grands acteurs français.

Mais, plus fondamentalement, il faut se demander à quoi peut bien correspondre la volonté de constituer un ensemble en apparence contre-nature rassemblant le job board historique français appartenant à la régie publicitaire du Figaro (Publiprint) et un site pure player français qui, arrivé plus tardivement sur le marché, s’y est fait une place en agrégeant les offres publiées sur d’autres supports, dont Cadremploi, qui, comme d’autres, n’avait à l’époque guère apprécié

Sans faut-il regarder ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis pour y voir plus clair. Les agrégateurs gratuits d’offres d’emploi (déf.), et en particulier Indeed et SimplyHired, y ont fait une percée remarquable l’année dernière en termes d’audience, obligeant les grands job boards à intégrer ce type de services tout en essayant de préserver les revenus tirés de la publication payante d’annonces. Avec Keljob, Cadremploi disposerait d’un outil efficace en vue de ce type d’intégration, ce qui permettrait à l’ensemble de couper l’herbe sous le pied des agrégateurs et autres sites gratuits d’annonces classées type craiglist, qui sont pour le moment peu développés en France dans le domaine des annonces emploi. A ce propos, le JDN cite Pierre Conte, le PDG de Publiprint, qui précise très clairement qu’une des motivations du rapprochement est que « d’autres acteurs sont attendus sur le marché des annonces classées ». D’ailleurs, le lancement de Cmonjob, dont Thibaut Gemignani, le DG de Cadremploi, vante la présentation « à la craiglist » est sans doute également une autre pièce importante de cette stratégie (outre le fait qu’il permet de sortir du carcan « cadres », comme d’ailleurs le rapprochement avec Keljob).

Monster va-t-il rester en dehors de ce mouvement d’intégration des services des agrégateurs d’offres d’emploi ? Pas si sûr… Après avoir racheté en 2001, l’un des tout premiers agrégateurs d’offres d’emploi, FlipDog, pour ensuite – dans une logique très défensive – fermer le service et rediriger l’url vers son propre site, il semblerait que le géant américain ait de nouveaux projets. A suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :