Archive for Cooptation – réseaux sociaux

Génération Y et nouvelles méthodes de recrutement

Ci-après une interview parue il y a quelques semaines dans Entreprise et Carrières (n° 919, 9 au 15 septembre 2008).

L’entretien avec…
Yannick Fondeur, économiste au Centre d’études de l’emploi*

Réseaux sociaux, univers virtuels, blogs d’entreprise, speed recruiting…
Les entreprises en font-elles trop avec la génération « Y » ?

Le concept de « génération Y », qui fait habituellement référence aux individus nés entre la fin des années 70 et le milieu des années 90, n’est pas le produit de travaux sociologiques. Il a été introduit dans le jargon du marketing et du management en référence à celui de « génération X », qui désigne la génération immédiatement postérieure à celle du baby-boom, souvent décrite comme manquant d’identité propre (d’où le qualificatif « X »). Les consultants sont friands de ce type de concepts globalisants. Les chercheurs en sciences sociales un peu moins : leur pouvoir explicatif réel est généralement assez limité.

Lire le reste de cette entrée »

Comments (6)

Linkedin ouvre (enfin) sa plateforme applicative

Tiens un article, ça faisait longtemps ! Pas évident que ce soit le signe d’une renaissance de ce blog délaissé (quoique…). C’est plutôt une occasion pour moi de tester l’application WordPress pour LinkedIn, sortie aujourd’hui, qui permet de publier les billets de son blog WordPress sur son profil LinkedIn.

Plus d’un an et demi après le pionnier en la matière, Facebook, le réseau social numérique professionnel LinkedIn s’ouvre donc aux applications externes (voir par exemple Mashable pour une recension rapide des premières applications disponibles). A l’inverse de Facebook, la stratégie semble être de privilégier le sérieux et la qualité des applications à leur nombre. Bref face au réseau social numérique le plus fréquenté et le plus plastique au monde, LinkedIn affine sa dimension strictement professionnelle.

Comments (1)

LinkedIn ou Facebook ?

Il y a quelque temps, l’Apec annonçait un partenariat avec LinkedIn proposant une intégration assez poussée, permettant notamment, lors de la consultation d’une offre d’emploi sur apec.fr, d’identifier les membres de son réseau LinkedIn présents dans l’entreprise recrutant.

L’idée est, comme cela est clairement précisé dans la démonstration, d’« optimiser sa candidature » en mobilisant lesdits contacts pour obtenir des informations sur la société, la fonction, etc.. Peut-être, aussi, pour appuyer sa candidature, mais cela, on imagine bien sûr que c’est moins dans l’esprit de l’Apec qui a toujours mis l’accent sur la transparence du marché du travail.

C’est un partenariat inespéré pour LinkedIn, qui reste très en retrait de Viadeo en France, et c’est une nouvelle fois le signe que l’Apec est décidemment très ambitieuse en matière de recrutement en ligne et a décidé de multiplier les innovations en la matière. Rares sont ceux qui imaginaient que la première expérience de ce type en France viendrait d’un acteur institutionnel… D’ailleurs certains trouvent cela déplacé et le disent.

Mais LE réseau social numérique dont on parle en France, c’est, bien sûr, Facebook. Le site est depuis peu disponible en français, ce qui devrait contribuer à le diffuser davantage encore auprès du grand public (au prix sans doute de la fin de l’élitisme relatif qu’impliquait la maîtrise de l’anglais). L’écho médiatique, réellement impressionnant, devrait également y contribuer fortement. Le collègue de Jérôme Kerviel interpellé la semaine dernière? Repéré sur Facebook via la liste d’amis du trader, bien sûr !

Rien par contre sur la lente transformation qu’est en train d’opérer la plate-forme en matière de gestion de la vie privée. Je signalais il y a quelques mois cette nouvelle orientation et, plus récemment, le franchissement d’une première étape. Aujourd’hui (ou plutôt hier), c’est en apparence l’aboutissement : il est enfin possible de définir à quelles informations chaque catégorie d’amis a accès.

Ceci ouvre en théorie la voie à des usages professionnels. Mais manquent encore des options plus avancées de contrôle de la visibilité de la liste d' »amis », qui n’est actuellement gérable que de manière globale : au-delà de cette anecdote Kerviel évoquée plus haut, on peut imaginer qu’un usage professionnel implique une segmentation stricte des sphères. Reste aussi à transformer les ‘ »amis » en « contacts », à moins que le processus d’euphémisation du concept d’ami lancé par les plates-formes de sociabilité personnelle (cf. les travaux de Danah Boyd notamment) finissent par rendre les deux termes strictement équivalents dans la sphère numérique…

Comments (11)

Les Friend Lists de Facebook : des fonctionalités limitées (pour le moment)

Un très court billet pour faire suite à celui écrit il y a quelques semaines sur les usages personnel et professionnel de Facebook. La plate-forme de sociabilité personnelle vient en effet tout juste de mettre en place les Friend Lists, qui constituent la première étape du système de catégorisation des contacts (« friends ») et des informations que j’évoquais.

Première étape, parce que s’il est maintenant possible de définir des catégories de contacts, on ne peut pas encore choisir à quelles informations chaque catégorie a accès. Les Friend Lists ne sont pour le moment qu’un outil de filtrage/ciblage de la communication inter-contacts.

« These private lists can be used to message people, send group or event invitations, and to filter updates from certain groups of friends »

Mais on nous prévient qu’il s’agit juste d’un début et que l’objectif est bel et bien à terme de donner la possibilité de contrôler l’accès à l’information en fonction de la catégorie de contacts :

« This is just a start. Expect to see lots of new Friend Lists features in 2008 that will give you more control over the information you share on Facebook and who you share it with »

Facebook avance donc très clairement dans la perspective mentionnée dans le billet précédent.

PS : puisque j’évoque à nouveau Facebook, j’en profite pour signaler une interview accordée il y a quelque temps sur le thème « réseaux sociaux numérique et recherche d’emploi » à Fabrice Mazoir (depuis nous sommes « friends » sur Facebook !) pour le blog « Modes d’emploi », interview que vous trouverez également ci-après (ce qui me permettra finalement de faire encore une fois un billet bien -trop- long) .

Lire le reste de cette entrée »

Laisser un commentaire

[Màj] Facebook entre usage personnel et usage professionel

Depuis le lancement, en mai dernier, de sa plate-forme permettant à des développeurs tiers de proposer des applications s’appuyant sur sa base de profils, Facebook connait une couverture blogo-médiatique assez impressionnante et une croissance très rapide du nombre de ses membres (les effectifs ont pratiquement doublé en 5 mois, atteignant aujourd’hui environ 45 millions d’individus).

Et, bien sûr, l’annonce hier de la prise de participation de Microsoft pour une somme étonnante va largement contribuer à maintenir l’engouement autour de ce réseau social numérique.

Ce qui m’intéresse dans Facebook, c’est que ce service brouille la frontière entre les plates-formes de sociabilité personnelle (type MySpace) et les plates-formes de mise en relation professionnelle (type LinkedIn). C’est cet aspect que je voudrais évoquer ci-après (avant toute chose, si vous avez besoin d’une mise à niveau rapide sur Facebook, je vous renvoie à la très bonne synthèse réalisée récemment par Fabernovel).

Màj 26/10 : léger remaniement du texte par rapport à la version d’hier.

Lire le reste de cette entrée »

Comments (7)

Les canaux de recrutement des cadres

L’édition 2007 de l’enquête Mobilité de l’Apec vient de sortir (téléchargeable au format pdf). On y trouve notamment un tableau intéressant sur l’évolution des canaux de recrutement sur la période 2002-2006 (cliquer sur l’image pour l’agrandir).

Ces résultats appellent quelques commentaires.

Lire le reste de cette entrée »

Comments (2)

[Màj] Sortie du numéro spécial Internet, recrutement et recherche d’emploi

Le numéro spécial de la Revue de l’IRES déjà évoqué ici il y a plusieurs mois est (enfin) disponible. Le sommaire final est le suivant. Mise à jour : les liens vers les articles en ligne ont été ajoutés.

Il est également possible de se procurer le numéro complet en version papier/reliée auprès de l’IRES (24,50 €).

Comments (15)

Older Posts »