Quand l’informatique outille le recrutement

Vient de paraitre dans la série Connaissance de l’emploi du Centre d’Etudes de l’Emploi :

Quand l’informatique outille le recrutement
(Yannick Fondeur, Guillemette de Larquier, France Lhermitte)

Jusqu’ici largement ignorés par les sciences sociales, les systèmes informatiques de gestion de recrutement sont des outils dont on évalue mal la diffusion et les enjeux socio-économiques qui y sont associés.

Une recherche exploratoire, menée en lien avec l’Association pour l’emploi des cadres (Apec), livre ici ses premiers résultats et montre que l’implantation
des progiciels de recrutement est loin d’être anecdotique. En être équipé constitue même une norme pour les plus grandes entreprises.

Ces outils participent d’un mouvement de standardisation des pratiques, qui est susceptible d’avoir une incidence sur les façons de recruter et la sélection des candidats. Pour autant, même dans les entreprises équipées, tous les recrutements ne sont pas traités par ce biais, et ceux qui interviennent « en dehors » du dispositif revêtent des caractéristiques spécifiques : un moindre recours à Internet et une probabilité plus grande que le candidat retenu appartienne au réseau de relations de l’entreprise.

A télécharger ici (pdf)

Commentaires (9)

Emplois vacants : de quoi parle-t-on ?

Vient de paraitre dans la série Connaissance de l’emploi du Centre d’Etudes de l’Emploi :

Les emplois "vacants" (Yannick Fondeur / Jean-Louis Zanda)

De fin 2003 à mi 2008, en France, des chiffres variant entre 300 000 et 600 000 ont été cités dans le débat public comme représentant tantôt la somme des « emplois vacants », tantôt celle des offres d’emploi « non pourvues » ou « non satisfaites ». Mis en regard d’un niveau de chômage élevé, ces volumes ont été présentés comme la manifestation de difficultés de recrutement, implicitement ou explicitement associées à l’idée selon laquelle trop de chômeurs n’accepteraient pas les emplois qui leur sont proposés.

Ces notions doivent cependant être mobilisées avec précaution. D’abord, elles ne sont pas équivalentes. Ensuite, leur mise en relation avec le chômage est délicate et suppose une grande rigueur conceptuelle. Enfin, il est abusif de les assimiler a priori à des difficultés de recrutement. À partir d’une réflexion autour du concept d’« emploi vacant », dont nous montrons les difficultés actuelles d’opérationnalisation et de mesure, nous illustrons la nécessité de mieux construire ces notions pour mieux assurer scientifiquement le débat public.

Commentaires (3)

La "longue traîne" à l’épreuve des faits

Un petit billet pour signaler un évènement intéressant bien que non directement lié à la thématique de ce blog.

Lundi 24 Novembre de 09h00 à 13h00, à La Cantine.

"Selon la théorie de la "longue traîne" proposée en 2004 par Chris Anderson, la numérisation et l’internet permettrait à un très grand nombre de productions culturelles de trouver leur marché. Le numérique serait donc favorable à la création et la diversité culturelle. Beaucoup d’entreprises, grandes et petites, fondent leur business model sur cette théorie.
Mais les faits correspondent-ils à la théorie ?
A la demande du ministère de la Culture et de la communication, les économistes Pierre-Jean Benghozi et Françoise Benhamou ont étudié se qu’il se passe réellement sur les marchés français de la musique, de la video on demand et du livre.
Les résultats seront présentés pour la première fois au public, ce lundi 24 Novembre à la Cantine, en collaboration avec la Fing et Silicon Sentier."

Commentaires (2)

Génération Y et nouvelles méthodes de recrutement

Ci-après une interview parue il y a quelques semaines dans Entreprise et Carrières (n° 919, 9 au 15 septembre 2008).

L’entretien avec…
Yannick Fondeur, économiste au Centre d’études de l’emploi*

Réseaux sociaux, univers virtuels, blogs d’entreprise, speed recruiting…
Les entreprises en font-elles trop avec la génération « Y » ?

Le concept de "génération Y", qui fait habituellement référence aux individus nés entre la fin des années 70 et le milieu des années 90, n’est pas le produit de travaux sociologiques. Il a été introduit dans le jargon du marketing et du management en référence à celui de "génération X", qui désigne la génération immédiatement postérieure à celle du baby-boom, souvent décrite comme manquant d’identité propre (d’où le qualificatif "X"). Les consultants sont friands de ce type de concepts globalisants. Les chercheurs en sciences sociales un peu moins : leur pouvoir explicatif réel est généralement assez limité.

Lire la suite »

Commentaires (6)

Linkedin ouvre (enfin) sa plateforme applicative

Tiens un article, ça faisait longtemps ! Pas évident que ce soit le signe d’une renaissance de ce blog délaissé (quoique…). C’est plutôt une occasion pour moi de tester l’application WordPress pour LinkedIn, sortie aujourd’hui, qui permet de publier les billets de son blog WordPress sur son profil LinkedIn.

Plus d’un an et demi après le pionnier en la matière, Facebook, le réseau social numérique professionnel LinkedIn s’ouvre donc aux applications externes (voir par exemple Mashable pour une recension rapide des premières applications disponibles). A l’inverse de Facebook, la stratégie semble être de privilégier le sérieux et la qualité des applications à leur nombre. Bref face au réseau social numérique le plus fréquenté et le plus plastique au monde, LinkedIn affine sa dimension strictement professionnelle.

Commentaire (1)

Traitement numérique des CV : Jobetic et Lingway entrouvrent la boîte noire

Jobetic (site d’information dédié aux personnes en recherche d’emploi) et Lingway (éditeur de logiciel expert en traitement automatique des langues, et notamment en sémantique) proposent depuis quelques semaines aux internautes de tester la compatibilité de leur CV électronique avec une technologie de traitement automatique permettant de les intégrer dans des bases de données.

Le problème auquel est confronté ce type de technologie est bien sûr l’extrême hétérogénéité des CV

  • tant en termes de format (le HR-XML peine à décoller côté création de CV, bien qu’il existe quelques outils dédiés aux candidats),
  • que de vocabulaire (diversité des intitulés de poste, des modalités d’expression du niveau de langue, etc.).

Cette expérimentation vous permet d’évaluer comment l’outil Lingway, qui est utilisé autant par des job boards (Keljob, Cadremploi…) que par des entreprises pour leurs sites carrières (PSA Peugeot-Citroën, Siemens…), interprète votre CV. Un petit guide explique par ailleurs comment faire en sorte que cette interprétation soit meilleure.

Bref, la boîte noire du traitement numérique des CV est entrouverte grâce à cette initiative conjointe dont le but est :

  • pour Jobetic, de contribuer à permettre aux candidats de rendre leur CV plus facilement intégrables,
  • et pour Lingway, d’améliorer sa technologie d’analyse automatique en faisant remonter le maximum de problèmes de reconnaissance des informations.

Au moment où j’écris ces lignes près de 14 000 CV sont passés à travers la moulinette… dont le mien.
MàJ : ci-après quelques développements supplémentaires pour répondre à la question de Jean-Pascal Szelerski

Lire la suite »

Commentaires (12)

LinkedIn ou Facebook ?

Il y a quelque temps, l’Apec annonçait un partenariat avec LinkedIn proposant une intégration assez poussée, permettant notamment, lors de la consultation d’une offre d’emploi sur apec.fr, d’identifier les membres de son réseau LinkedIn présents dans l’entreprise recrutant.

L’idée est, comme cela est clairement précisé dans la démonstration, d’"optimiser sa candidature" en mobilisant lesdits contacts pour obtenir des informations sur la société, la fonction, etc.. Peut-être, aussi, pour appuyer sa candidature, mais cela, on imagine bien sûr que c’est moins dans l’esprit de l’Apec qui a toujours mis l’accent sur la transparence du marché du travail.

C’est un partenariat inespéré pour LinkedIn, qui reste très en retrait de Viadeo en France, et c’est une nouvelle fois le signe que l’Apec est décidemment très ambitieuse en matière de recrutement en ligne et a décidé de multiplier les innovations en la matière. Rares sont ceux qui imaginaient que la première expérience de ce type en France viendrait d’un acteur institutionnel… D’ailleurs certains trouvent cela déplacé et le disent.

Mais LE réseau social numérique dont on parle en France, c’est, bien sûr, Facebook. Le site est depuis peu disponible en français, ce qui devrait contribuer à le diffuser davantage encore auprès du grand public (au prix sans doute de la fin de l’élitisme relatif qu’impliquait la maîtrise de l’anglais). L’écho médiatique, réellement impressionnant, devrait également y contribuer fortement. Le collègue de Jérôme Kerviel interpellé la semaine dernière? Repéré sur Facebook via la liste d’amis du trader, bien sûr !

Rien par contre sur la lente transformation qu’est en train d’opérer la plate-forme en matière de gestion de la vie privée. Je signalais il y a quelques mois cette nouvelle orientation et, plus récemment, le franchissement d’une première étape. Aujourd’hui (ou plutôt hier), c’est en apparence l’aboutissement : il est enfin possible de définir à quelles informations chaque catégorie d’amis a accès.

Ceci ouvre en théorie la voie à des usages professionnels. Mais manquent encore des options plus avancées de contrôle de la visibilité de la liste d’"amis", qui n’est actuellement gérable que de manière globale : au-delà de cette anecdote Kerviel évoquée plus haut, on peut imaginer qu’un usage professionnel implique une segmentation stricte des sphères. Reste aussi à transformer les ‘"amis" en "contacts", à moins que le processus d’euphémisation du concept d’ami lancé par les plates-formes de sociabilité personnelle (cf. les travaux de Danah Boyd notamment) finissent par rendre les deux termes strictement équivalents dans la sphère numérique…

Commentaires (11)

Older Posts »
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.